Le syndrome du colon irritable

Le syndrome du colon irritable

Diagnostics, analyses, examens … peu de résultats et des symptômes bien présents. En effet, il est difficile de savoir quoi faire quand on a l’impression d’avoir tout testé et vu plusieurs médecins.

En naturopathie, la priorité est d’agir sur le terrain. Le terrain, c’est quoi? C’est notre organisme. Qu’est ce que le corps à besoin pour se renforcer? Plusieurs pistes dans le cas du syndrome du colon irritable : intestins? foie? acidité ? alimentation ? inflammation ? stress et angoisse ? … Il y a généralement besoin de soutenir la sphère digestive mais pas que et surtout avec quoi? La réponse n’est malheureusement pas la même pour tous. La différence des uns et des autres fait que nous n’avons pas les mêmes besoins. Concernant l’alimentation, il y a quelques conseils généraux essentiels :

La première chose à faire en toute urgence, c’est la mastication des aliments à tous les repas. La digestion des aliments commence dans la bouche, grace aux dents, à la salive et la langue. Pour que les nutriments soient reconnus comme tels, les aliments doivent être pré digérés. D’où l’importance de ne pas griller cette étape.

Ensuite, la naturopathie et la diététique accompagnent pour une alimentation qui limite les gaz, la putréfaction, troubles du transit, douleurs, maux de tête, ballonnements… La viande en excès fait partie des aliments à diminuer, ainsi que des aliments soufrés comme les crucifères, les légumes secs, les poireaux et les oignons, peuvent donner des gaz odorants. Les fibres solubles que l’on trouvent dans les crudités sont excellentes pour la flore intestinale mais lors d’inconforts de syndrome du colon irritable, il est préférable de les réduire, de consommer des jus de légumes par exemple. De plus, certains aliments sont agresseurs de la muqueuse intestinale comme l’alcool, tabac, drogues, laitages, gluten, sucre, charcuterie, les aliments acides, riches en fibres insolubles, … Il sera donc important de les limiter pendant un temps.

Des compléments peuvent parfois être intéressants, à définir lors d’une séance (son importance ou non?, quelle quantité? la durée?). On aura la glutamine, le curcuma, la réglisse, les probiotiques, le psyllium blond… La liste peut être courte ou longue. Les conseils s’affinent lors des échanges, de l’évolution des symptômes, de la réaction de l’organisme par rapport aux changements alimentaires…

Les recommandations peuvent sembler vastes mais seront très ciblées. Et comme vous avez pu le lire, il y a obligatoirement quelque chose à faire, à soutenir, à accompagner, à drainer. La naturopathie soutenue par la diététique pourra aider les troubles du système digestif.