Sauce industrielle ou sauce maison

Le piège des sauces toutes prêtes

Préparer une sauce pour agrémenter un plat de pâtes, du poisson ou encore un hors-d’œuvre, c’est parfois tout un art ! Certaines recettes sont très simples, comme celles de la mayonnaise ou de la sauce tomate, d’autres sont plus élaborées, comme la sauce bourguignonne. Les produits de supermarché paraissent nous simplifier la tâche… Malheureusement, ce sont souvent des produits ultra–transformés et de faible intérêt nutritionnel… 🙁 Décryptage !

Prenons l’exemple des mayonnaises ! La composition d’une mayonnaise se résume à de l’huile de colza ou de tournesol, un jaune d’œuf, de la moutarde ou encore un peu de citron. Les produits de supermarché sont loin d’être aussi simples ! Dans les mayonnaises industrielles, on trouve sucre, eau, amidon et d’autres épaississants, des stabilisants, des conservateurs. Certains additifs sont inoffensifs, comme l’acide citrique ou la gomme xanthane/guar, alors que d’autres sont plus dangereux. Dans le doute, mieux vaut s’abstenir. Repérez dans les rayons celles sans additifs : on en trouve :). Méfiez-vous des mayonnaises allégées, qui présentent 10 g de sucre pour 100 g au lieu de moins de 2 g, sous forme de glucose ou d’amidon parfois «modifés » (passés par divers traitements pour garantir leur stabilité, qui se comportent comme du glucose dans le corps)

Les sauces froides : sauce burger, barbecue, béarnaise… Elles sont bien souvent agréables au goût, mais restent des produits industriels. D’abord, il y a bien souvent des sucres ajoutés (glucose, dextrose), et aussi trop de sel :(! Ensuite, il y a un tas d’additifs, comme l’acide sorbique (E200, E201, E202, E203, conservateurs présentant un risque de surconsommation), l’EDTA (E385, antioxydant), le dioxyde de silicium (E551, anti-agglomérant). Nb : Tous interdits en bio, ouf !

Faire ses propres sauces

Il existe un grand nombre de livres consacrés aux recettes de diverses sauces. Certains maîtres sauciers nous livrent leurs secrets : sauce bourguignonne, béarnaise, cocktail, au vin blanc, … Chercher des recettes sur Internet permet aussi de réapprendre des savoirs basiques oubliés et de cultiver la motivation pour faire soi-même ses préparations !

Pour l’incontournable sauce béchamel, vous pouvez facilement décliner l’offre du supermarché sous emballage plastique au rayon frais (gare aux additifs !!!). Oubliez aussi la béchamel lyophilisée faite avec de « l’huile en poudre » fabriquée avec du sirop de glucose et des protéines de lait… Oui ca existe ! Finalement, pour faire sa béchamel, qui agrémente tous types de gratin de légumes, vous avez seulement besoin de beurre (ou huile d’olive), de farine, d’eau (ou de lait) et d’un peu de noix de muscade. Nul besoin de carraghénanes et autres épaississants peu recommandables aux intestins délicats.

Vinaigrette « maison »

Du côté des vinaigrettes toutes prêtes, vous trouverez souvent de l’huile de tournesol raffinée, du sucre et des épaississants. Essayez de prévoir votre sauce vinaigrette pour la semaine. Dans un pot de style confiture, mélangez 50 % d’huile de colza vierge (ou une autre huile riche en oméga 3, par exemple l’huile de noix ou de cameline) + 50 % d’huile d’olive vierge, du vinaigre, de la moutarde (ou de la purée de sésame « tahin »), une demi-échalote, des herbes de Provence, des graines et épices (sésame, cumin, curcuma, baies roses…), un peu de poivre. Avant de vous servir, secouez et c’est pret 🙂