Repousser les poussées d’herpès labial

Repousser les poussées d’herpès labial

Un fort ensoleillement ou un simple frottement sur le visage et la
peau commence à chatouiller près de la bouche. Des petites vésicules sensibles, regroupées en bouquet, apparaissent au coin des lèvres. Elles éclatent rapidement pour former une croûte disgracieuse et souvent dou- loureuse. Dès les premiers signes de démangeaisons, n’attendez pas et appliquez très vite 2 gouttes d’huile essentielle de tea tree ou de ravintsara pure sur la zone. Répétez l’opération plusieurs fois par jour à l’aide d’un coton tige par exemple. Entre coupé d’une gousse d’ail posée 1 minute sur l’herpès.
Si vous arrivez après la guerre, appliquez la même chose pour limiter l’extension. Bon à savoir, il existe en pharmacie des mini-rollers associant plusieurs huiles essentielles qui permettent de traiter localement la poussée d’herpès.

Si vous avez régulièrement des poussées d’herpès, il sera intéressant de travailler sur votre immunité, la qualité de votre sommeil et votre alimentation dans un premier temps. Un accompagnement avec un naturopathe sera nécessaire.

Massage Assis – “Amma”

Massage Assis – “Amma”

Pour le temps d’une petite pause massage, accordez vous 20 minutes de massage assis “Amma”.

Je le pratique sans huile et sur le vêtement. L’absence de contact de la main avec la peau du massé, n’est pas un problème. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les techniques utilisées sont d’une puissante efficacité de détente.

Relaxant et dynamisant !

En effet, en premier lieu, le massage a des techniques qui produiront une relaxation, c’est à dire un profond relâchement des tensions musculaires et nerveuses.
En second lieu, des techniques de percussions permettront de « réveiller » et dynamiser la personne. On peut reprendre le travail une fois ce massage réalisé. En début, milieu ou fin de journée !

RDV possible par téléphone ou doctolib.fr

Intervention possible en entreprises et séminaires

Le syndrome du colon irritable

Le syndrome du colon irritable

Diagnostics, analyses, examens … peu de résultats et des symptômes bien présents. En effet, il est difficile de savoir quoi faire quand on a l’impression d’avoir tout testé et vu plusieurs médecins.

En naturopathie, la priorité est d’agir sur le terrain. Le terrain, c’est quoi? C’est notre organisme. Qu’est ce que le corps à besoin pour se renforcer? Plusieurs pistes dans le cas du syndrome du colon irritable : intestins? foie? acidité ? alimentation ? inflammation ? stress et angoisse ? … Il y a généralement besoin de soutenir la sphère digestive mais pas que et surtout avec quoi? La réponse n’est malheureusement pas la même pour tous. La différence des uns et des autres fait que nous n’avons pas les mêmes besoins. Concernant l’alimentation, il y a quelques conseils généraux essentiels :

La première chose à faire en toute urgence, c’est la mastication des aliments à tous les repas. La digestion des aliments commence dans la bouche, grace aux dents, à la salive et la langue. Pour que les nutriments soient reconnus comme tels, les aliments doivent être pré digérés. D’où l’importance de ne pas griller cette étape.

Ensuite, la naturopathie et la diététique accompagnent pour une alimentation qui limite les gaz, la putréfaction, troubles du transit, douleurs, maux de tête, ballonnements… La viande en excès fait partie des aliments à diminuer, ainsi que des aliments soufrés comme les crucifères, les légumes secs, les poireaux et les oignons, peuvent donner des gaz odorants. Les fibres solubles que l’on trouvent dans les crudités sont excellentes pour la flore intestinale mais lors d’inconforts de syndrome du colon irritable, il est préférable de les réduire, de consommer des jus de légumes par exemple. De plus, certains aliments sont agresseurs de la muqueuse intestinale comme l’alcool, tabac, drogues, laitages, gluten, sucre, charcuterie, les aliments acides, riches en fibres insolubles, … Il sera donc important de les limiter pendant un temps.

Des compléments peuvent parfois être intéressants, à définir lors d’une séance (son importance ou non?, quelle quantité? la durée?). On aura la glutamine, le curcuma, la réglisse, les probiotiques, le psyllium blond… La liste peut être courte ou longue. Les conseils s’affinent lors des échanges, de l’évolution des symptômes, de la réaction de l’organisme par rapport aux changements alimentaires…

Les recommandations peuvent sembler vastes mais seront très ciblées. Et comme vous avez pu le lire, il y a obligatoirement quelque chose à faire, à soutenir, à accompagner, à drainer. La naturopathie soutenue par la diététique pourra aider les troubles du système digestif.